Raquette à Autrans

01 Février 2022

RANDO LA SURE, 15 JANVIER 2022, 14 PARTICIPANTS

 

Ce fut la première randonnée de l’année qui nous a réservé bien des surprises.

Nous étions tout heureux d’accueillir 3 nouveaux venus : Jocelyne et Bernard, son mari et Hafid. Ils ont tourné un petit moment dans le campus mais ont fini par atterrir au local du P’tit vélo dans la tête.

Nous avons fait une première halte à Autrans pour s’assurer de ne perdre personne en route puis nous avons pris la direction de La Sure, sous un soleil radieux.

Première étape, il s’agissait de chausser les raquettes à neige ce qui a déjà pris un bon moment. Pascale a été désignée d’office comme guide. Il semblerait que l’itinéraire que nous avions emprunté il y a 6 ans ait été modifié. Sans trop reconnaitre le parcours nous avons entamé une montée étroite et très glissante car la neige était fondante si bien que pendant le premier quart d’heure nous avons bien transpiré. Nous avons désespérément cherché  des repères pour nous indiquer le chemin à suivre. Nous avons fini par nous retrouver à la station sans avoir atteint notre but. Courageux nous avons fait demi-tour pour essayer de trouver la bonne direction. L’estomac d’Annick, criant famine, nous avons fait une halte pour nous restaurer. En guise de pousse café Éric, sans trop se faire prier, nous a conté l’histoire des babouches d’Abou Kassem, richissime marchand de Bagdad connu pour son avarice. Dans un hammam il quitta ses babouches rapiécées et poussiéreuses. En partant, ne les voyant pas, il enfila une paire de pantoufles brodées à l’or fin pensant qu’une âme charitable les lui avait offertes. Abou ignorait qu’il venait de mettre les pieds dans un engrenage infernal qui lui ferait payer très cher son avarice.

Encore une fois nous avons écouté Éric avec ravissement.

Nous avons repris la route. Marie-Louise, menant la troupe, voulut danser avec ses raquettes mais a été surprise par un chien qui voulait lui faire la fête. Déstabilisée, elle s’est étalée de tout son long et devant sa mésaventure nous avons pouffé de rire.

En poursuivant notre chemin nous avons trouvé l’intersection que nous aurions dû prendre pour atteindre la Brech. Du fait de l’heure nous avons trouvé plus sage d’aller directement au parking. Alors que nous étions proches des voitures, Jocelyne a réalisé qu’elle avait perdu ses lunettes. Avec son mari elle a rebroussé chemin et a fini par retrouver ses lunettes.

Pendant ce temps, le reste du groupe a fait une halte à l’auberge de la Croix Perrin. Nous avons encore pu passer un bon moment avant de nous séparer. La prochaine sortie a été fixée le 5février en espérant que les nouveaux venus reviendront.